Untitled Document
 
Résumé du Championnat de France des Rallyes Asphalte 2008
 
La trêve est l’occasion pour nous de faire le bilan du Championnat de France Asphalte 2008. Cette année nous ne reprendrons pas les épreuves dans leur détail, ceux qui ont suivi les débats connaissant déjà le déroulement, les autres pouvant se reporter aux résumés dans les news, mais nous nous attacherons à développer les faits marquants et les principaux animateurs.

Le combat des générations

Ce pourrait être le titre de ce résumé, car tant au niveau des pilotes que des voitures, c’est à une réelle opposition entre deux générations que nous avons assisté cette saison. D’un côté les « anciens » ou plus expérimentés au volant de voitures récentes et performantes, de l’autre les jeunes loups aux dents bien longues au volant des « mamies » du Rallye, mais mamies toujours vaillantes lorsque c’est un « bon » derrière le volant ! Pour ne citer que ces exemples, ont animé ce championnat : Dany Snobeck (62 ans) au volant d’une Peugeot 307 WRC et Jean Sébastien Vigion (25 ans) au volant d’une Clio Maxi.

 

Les « one shot » des WRC

De belles voitures, mais trop peu de constance, ce Championnat a certainement manqué de pilotes réguliers dans la présence. En effet, plusieurs pilotes de pointe ont marqué de leur empreinte l’édition 2008 au volant d’une WRC sur seulement une ou deux épreuves : Alex Bengué présent sur quatre épreuves mais seulement deux arrivées, Ludovic Gal (Mont Blanc et Cévennes), Eric Mauffrey (Mont Blanc et Touquet), Patrick Henry (Alsace-Vosges) et David Salanon (Lyon-Charbonnières). Finalement les plus présents auront été les deux animateurs de la fin de Championnat : Dany Snobeck et Eric Brunson. Cette situation aura un temps profité à Arnaud Augoyard qui a occupé la tête du classement avant que les pilotes de WRC ne reprennent logiquement l’avantage.

Le championnat Team


C’était la nouveauté de ce Championnat de France Asphalte 2008, à l’initiative d’Olivier Pignon un nouveau challenge était lancé. Un bel engouement pour cette première année avec onze équipes pour y prendre part et sur chaque épreuve les deux meilleurs pilotes dans leur classe respective ont apportés des points à leur team. Mais un championnat qui manque encore de maturité et dont certaines règles mériteraient d’être revues avec notamment la nomination des pilotes, certains ayant aligné une équipe différente à chaque épreuve on peut se demander ce que signifie le mot «équipe», mais qu’importe le vainqueur lui a joué le jeu de la constance ! En effet, le Team MSR by GBI fondé sous l’impulsion de Mathieu Anne a dominé les débats dans chaque épreuve, avec des équipiers fidèles (Championnat complet pour Arnaud Augoyard, 7 épreuves pour Thomas Barral, 5 épreuves pour Lionel Comole, 6 épreuves pour Guillaume Couval assistés par un ou deux locaux sur certaines épreuves). Un titre amplement mérité pour lequel Mathieu Anne a d’ores et déjà annoncé qu’ils espéraient pouvoir être présents en 2009 pour le défendre.

Du côté des formules de promotion

En Suzuki Cup, Yoan Bonato a été intouchable, il a su gérer de main de maître sa saison pour s’assurer du titre, personne n’a finalement vraiment été en mesure de l’inquiéter. On attendait Jérôme Schmitt, troisième en 2007, mais malheureusement cette année ne lui a pas souri, avec quelques erreurs il n’a pas pu prétendre à rivaliser pour le titre et termine quatrième. Jonathan Fritsch devait quant à lui apprendre mais espérait tout de même beaucoup de cette saison. La chance ne l’a pas vraiment aidé avec pas mal d’ennuis mécaniques, mais on retiendra de très bons chronos quand tout allait bien et une belle bagarre pour le podium aux Cévennes avant de partir à la faute, mais bon comme on dit « c’est le métier qui rentre », à surveiller pour 2009 ! Ont également goutté à l’expérience de cette formule de promotion Julien Calot et Stéphane Riehl.

 

Trois épreuves asphaltes étaient au programme de la Coupe 206, Franck Véricel le spécialiste de cette surface a dominé au Mont Blanc et au Var, alors qu’au Limousin c’est Guillaume Canivenq qui s’est illustré. Bien entendu on soulignera la saison très régulière de Denis Millet qui l’a conduit à la victoire finale. On y a également retrouvé Pascal Mackerer toujours fidèle aux coupes de marques et auteur de très bons chronos (troisième au Var). Quentin Giordano a fait de bons débuts cette année alors que Mickaël Prévalet et Maxence Bardou n’ont pas connu la réussite malgré des chronos encourageants.

 

Les principaux animateurs en quelques mots !

 
- Dany Snobeck :

Sans conteste LA surprise de la saison puisqu’on était loin d’imaginer (lui aussi d’ailleurs) qu’il deviendrait Champion de France. Mais l’expérience et la sagesse ont parlé cette année, au volant d’une auto dont il a pris progressivement la mesure, il a su se mêler à la bagarre en tête de course quand il en avait les moyens, rester en retrait et assurer de précieux points quand le terrain ne lui convenait pas, bref une saison régulière et parfaite telle qu’il faut la faire pour viser un titre.
     
 
- Eric Brunson :

Il prenait part au Championnat 2008 pour apprendre, il repart avec sa première victoire scratch en Championnat au Touquet et une belle place de dauphin assortie du titre pour son copilote Cédric Mondon. Résultat certes décevant quand on prend goût au jeu et que le titre est accessible, mais répondant à son objectif de début de saison. Le manque de fiabilité de la Subaru notamment au Mont Blanc, le manque de régularité du pilote sont certainement des facteurs qui ont pesé dans l’obtention du titre.
     
 
- Arnaud Augoyard :

A l’image d’Eric Mauffrey en 2007 il a démontré qu’une 306 Maxi bien emmenée a toujours son mot à dire dans ce Championnat. A chaque fois en bagarre pour le Trophée BF Goodrich qu’il a d’ailleurs remporté, il était régulièrement classé aux portes du podium, ce qui lui a valu d’occuper un temps la tête du Championnat avant que les WRC ne reprennent logiquement l’avantage. Une saison parfaite ou presque couronnée par une belle troisième place au classement, Arnaud Augoyard est la confirmation de ce Championnat !
     
 
- Jean Sébastien Vigion :

l’une des révélations de ce Championnat, le pilote du Limousin nous avait déjà habitué à de bons résultats en formule de promotion mais manquait cruellement de régularité, cette fois il était présent dans la bagarre pour le Trophée BF Goodrich à chaque à épreuve à laquelle il a participé ! Au volant d’une bonne vieille Clio Maxi il s’est permis d’aller « titiller » les 306 Maxi, on retiendra notamment sa victoire en BF au Touquet et son podium scratch au Var (deuxième) pour sa première course en 207 S2000. Le tout agrémenté par une victoire à la Finale de la Coupe de France des Rallyes, c’est la cerise sur le gâteau, en espérant que cette belle saison lui permette d’évoluer en 2009.
     
 
- Ludovic Gal :

Assuré d’un beau programme au volant de la Peugeot 207 S2000 aux couleurs Yacco, il ne se sera jamais réellement adapté à la voiture, l’empêchant de se battre aussi bien au scratch qu’au Trophée BF Goodrich. Changement d’objectif en cours de saison puisqu’il lorgne sur une Peugeot 307 WRC avec laquelle il s’aligne finalement chez lui au Mont-Blanc, Rallye où il doit s’avouer vaincu face à Dany Snobeck. Il signera finalement sa première victoire scratch en championnat deux mois plus tard à l’occasion du Rallye des Cévennes.
     
Les représentants du Nord-Est
     
 
Plusieurs équipages ont fait régulièrement le déplacement hors de notre région pour aller affronter les routes du Championnat ! On a tout d’abord retrouvé Jean-Nicolas Hot comme depuis plusieurs saisons. Au volant de la Porsche GT3 il a collectionné bon (victoire de Groupe à l’Alsace et au Touquet) et moins bon. Olivier Courtois a quant à lui retrouvé son rythme de croisière avec trois arrivées pour trois départs et de bons chronos notamment au Mont Blanc. Guillaume Couval réalise une très belle saison où il a pris part à six épreuves avec trois podiums dans une classe N-3 toujours très disputée dont la victoire à l’Alsace-Vosges. Romain Ferry s’est également illustré dans cette classe avec deux troisièmes places au Mont Blanc et au Var.
Plusieurs équipages ont eu le mérite d’aller découvrir une épreuve de Championnat de France parmi les « petites classes » avec notamment Jean-Robert Nehr (1er N1 au Mont Blanc), Manu Maheu (Mont Blanc), Jonathan Cordier (Mont Blanc) et Maxime Villemin (2ème F2/12 au Var) pour ne citer qu’eux...
     
En bref
     
 
- Révélations de l’année :

Outre Jean-Sébastien Vigion, on retiendra la belle saison de Rémi Jouines qui avec le soutien du Team R3C Racing Turkménistan a pu démontrer sa pointe de vitesse et sa régularité sur tous types de terrain et hors de ses terres en remportant la classe N-3 et le Groupe N à trois reprises. Un jeune talent à surveiller !
     
 
- Les moments forts :

Encore et toujours la bagarre à coup de dixièmes de seconde en Trophée BF Goodrich entre Eric Mauffrey et Patrick Rouillard à l’Alsace-Vosges et Arnaud Augoyard au Limousin.


- Coups de cœur :

Manu Guigou qui a survolé la course des Clio R3 au Var avant que la mécanique ne lui joue des tours.
     
 
- La déception :

Eric Mauffrey, pour qui les années se suivent et ne se ressemblent pas. Gros manque de réussite cette année pour le pilote Vosgien qui a cumulé les ennuis mécaniques et les erreurs. Néanmoins il a toujours été en tête du Trophée BF Goodrich au volant de la 306 lorsqu’il était en course. Il aurait espérer pouvoir viser le titre, malheureusement ça n’a pas fonctionné, mais qu’il se rassure, il a encore de belles années devant lui pour égaler Dany Snobeck !

Ils ont dit

Jean-Sébastien Vigion :
« Je me suis éclaté. J’ai fait un truc qui n’est pas dans la notice mais la voiture est restée sur la route ! » ES3 Alsace-Vosges

Georges Guebey (Team GPC ISSR Motorsport / Peugeot 206WRC) :
« C’était du patinage artistique dans le sous-bois. Super bien ! » ES9 Alsace-Vosges

Patrick Rouillard (Team Veloperfo.com / Toyota Celica GT-Four) :
« On lui en met (à Eric Mauffrey ndlr). Si on roule plus vite, il n’y a plus de route. » ES12 Alsace-Vosges

Patrick Rouillard – Gilles de Turckeim (Toyota Celica GT-Four / Team Veloperfo.com) :
« Il n’y a pas une 306 Maxi à vendre par là ? » ES5 Rouergue

Jean-Sébastien Vigion – Eric Yvernault (Renault Clio kit-car / Team Yacco) :
« Faute d’être performant, il fallait être au bout. Nous avons engrangé de l’expérience pour les prochaines années. J’ai roulé comme une grand-mère dans les derniers kilomètres. » ES12 Cévennes

Rendez-vous en 2009 !

 
Untitled Document
Copyright © Est Rallye, Tous droits réservés Admin