Untitled Document
     
Interview Olivier Siatka-Jérémy Buys (Peugeot 106 XSI N-1)
     
C’est l’histoire de trois amis, vivant du côté de Toul, qui se décident un jour à partager leur passion à travers la photo et la vidéo sur leur site www.rallyeshots.com . Un an à peine après deux des trois compères se lancent dans le grand bain à l’occasion de Rallye de l’ASA Nancy où ils sont à domicile. Olivier Siatka et Jérémy Buys ont fait leurs débuts à bord d’une 106 Rallye N-1 louée à leur ami Kévin Skupien. L’occasion pour nous de revenir sur ce Rallye qui aura été pour eux la réalisation d’un rêve.
     

- Comment vous êtes-vous décidé a vous lancer dans le Rallye ?
L’idée nous trottait dans la tête depuis un petit moment, et grâce a Kevin Skupien, nous avons pu monter ce projet en louant cette 106 N-1.

- Comment avez-vous abordé cette première course (préparatifs...) ?
On a tout d’abord reçus des conseils précieux de la part de pilotes et copilotes de la région, comme par exemple Terry Potier. Pour les conseils concernant le rôle de copilote, nous avons eu les conseils avisés d’une personne expérimentée en la matière, en l’occurrence, toi Marielle ! Pour ce qui est de la préparation du Rallye, on a essayé également d’adopter un système de notes similaire, compte tenu du fait qu’on effectuait le Rallye en double monte.

     

- Quelles ont été vos impressions à votre premier départ respectif au volant et en tant que copilote ?
Jérémy :
Mon premier départ, je l’ai effectué dans le baquet de droite, j’étais assez nerveux mais surtout très concentré sur mon carnet de notes. J’ai essayé d’être dans le rythme pour l’annonce des virages et des pièges, ce qui n’est pas toujours facile lorsqu’on débute. De plus, il est primordial d’avoir une grosse confiance en son pilote, ce qui vient au fil des spéciales...
Lors de mon premier départ en tant que pilote (dans l’ES2), j’étais extrêmement tendu, et c’est en partie pour cela que j’ai loupé mon passage dans la première épingle du parcours ! Mais une fois dans le rythme, le stress diminue et la confiance croît, et j’ai essayé de faire de mon mieux pour, à la fois ramener l’auto intacte, et aussi faire quelques beaux passages pour les spectateurs.

Olivier : Pour mon premier départ en tant que pilote, j’étais confiant mais tendu a la fois, car je me devais de finir à tout prix la 1ère spéciale. La tâche n’a pas été si simple, car les conditions d’adhérence étaient loin d’être optimales ! Malgré quelques petites frayeurs, tout s’est bien passé.
Pour mon départ dans le baquet de droite, j’étais plus tendu, j’avais un peu peur de faire des erreurs dans les notes, mais le pilotage de mon coéquipier m’a mis en confiance et c’est venu tout seul.

     
- Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

Jérémy :
Evidemment au niveau pilotage, on manquait de roulage, on avait effectué une petite séance d'essai la veille du rallye dans des conditions climatiques hivernales, donc pas vraiment idéal pour la prise en main de l'auto

Olivier : Moi c'est dans les freinages que j'avais le plus de mal, car on connaissait mal l'auto, sinon j'avais une appréhension pour les pointages, mais ça s'est passé tout seul...
     
- Quel est le rôle que vous avez le plus apprécié ?

Jérémy :
Pilote ! Sans hésiter ! A la fois pour les sensations au volant, le fait d’avoir la route ouverte pour soi et d’apercevoir les spectateurs qui vous encouragent sur le bord des routes, une émotion inoubliable...

Olivier : Les 2 ! Piloter la voiture de course est pour le moins excitant mais copiloter a également du charme car il faut avoir un sens de l’organisation aigu et faire preuve de rigueur.
     
- Quel est celui qui a fait le plus de " conneries " ?

Jérémy : Moi (rires), parce que Jean Ragnotti a eu beaucoup trop d’influence sur moi quand j’étais jeune, et j’ai voulu reproduire les passages du maître ! Mais n’est pas Ragnotti qui veut!

Olivier : Moi aussi je me suis fait quelques petites frayeurs dans l’ES1 sinon rien de particulier... Ha si ! 20 secondes avant le top départ de l’ES1, je me suis aperçu que je n’avais pas enfilé mes gants !

     
- Quel sera votre meilleur souvenir sur ce Rallye ?

Jérémy : Mon passage au frein a main au changement de direction d'Andilly, près de l'arrivée dans l'ES2, tous mes amis et mes proches étaient la, et j'ai su faire un peu le spectacle !!!

Olivier : aux vérifications techniques, coller notre plaque de Rallye sur notre auto, c'est à ce moment précis que je me suis réellement rendu compte de ce qui nous arrivait !
     
- Qu’avez-vous pensé de la 106 N-1 ?

La 106 N-1 est une voiture idéale pour les débutants, elle a des réactions vives, une tenue de route parfaite, et c'est un excellent rapport qualité-prix, d'ailleurs nous n'avons connu aucun souci mécanique durant tout le Rallye.
     
- Alors il paraît que vous avez eu du mal à rendre les clés ?

Oui !!! C'a été dur, on a lavé la voiture à fond lundi matin, elle était nickel, donc ça n'a pas été facile de la rendre à Kévin, on avait bichonné la voiture tout le week-end !

     
- Vous aviez dit que cela serait votre unique Rallye, avez-vous enfin changé d’avis ?

Pour le moment, il n’y a pas d’autre Rallye de prévu au programme, mais la période d’incubation du virus du Rallye est belle et bien entamée (rires). Si l’occasion se représente, on hésitera pas a reprendre le volant.
     
- Remerciements

Nous remercions Kevin Skupien, Terry Potier, Fabrice Gianlorenzo et tout le team lorraine sport auto, ainsi que Jean Francis, Aleks, Marielle et Estrallye.

Et enfin nos partenaires TAVU et DAL’ALU, ainsi que tous ceux qui nous ont soutenus, ou ont participés de près ou de loin à l’organisation de cette belle expérience.


     
Vous pourrez retrouver prochainement des photos et vidéos de leur " aventure "sur leur site : www.rallyeshots.com

Et comme on dit " jamais deux sans trois " leur compère Alexandre Laversin (Aleks) devrait faire ses débuts aux cotés de Kévin Skupien lors du Rallye de Printemps...
     
Untitled Document
Copyright © Est Rallye, Tous droits réservés Admin