Untitled Document
 
Interview de Kevin Skupien qui a participé au Rallye-Sprint d'Andenne en Belgique
       
Kevin Skupien, jeune pilote de l'ASA Nancy connu pour son sens de l'attaque, a participé au Rallye-Sprint d'Andenne en Belgique le 31 Juillet. Il nous raconte sa course et nous livre ses impressions sur les Rallyes en Belgique.

- Comment t'es-tu décidé à participer au Rallye-Sprint d'Andenne ?

Pour ce qui est de ce fameux Rallye-Sprint d'Andenne c'est grâce à un ami, Fabien Poterlot, qui était en contact sur MSN avec différentes personnes et en parlant tout simplement de sa passion il se trouvait que la personne avec qui il parlait était copilote en Belgique et que la personne avec qui il devait rouler venait de casser son moteur. Donc de ce fait il avait besoin d'un pilote et c'est là que la proposition s'est faite.
       

- Comment s'est passée ta course ?

Au niveau des classes, rien à voir avec la France car il y'a ceux qui roulent avec des pneus conventionnels et les autres, très peu, avec des pneus racing c'est à dire la division 4, la mienne.

La course a mal débuté puisque dès le premier tour de reconnaissance je me suis fais rentrer dedans par un commissaire de course qui a fait marche arrière sur la voiture de reconnaissance alors que j'étais à l'arrêt. On a du faire intervenir la police car le conducteur du Ford Transit niait les faits de sa marche arrière (à savoir qu'il ne savait ni lire, ni écrire et qu'il n'avait pas de rétros...) Aie,aie,aie donc déjà de ce fait en voyant la mauvaise fois de cette personne je voulais rentrer chez moi et mon copilote m'a persuadé de la faire pour lui, car le véhicule de reco était le sien.
Donc du coup après avoir passé l'après-midi dans une camionnette de police, on a passé la voiture au technique où là ça s'est passé plus que bien puisque nos voitures en France sont réglementées par un passeport technique FFSA, qui n'existe pas chez eux, donc c'est tout juste si elle a été contrôlée...

Le dimanche matin, réveil à 05h00 pour aller reconnaître et ça s'est bien passé. Départ du parc fermé, 12 minutes pour faire la liaison, mais ils avaient oublié qu'il fallait peut-être changer les pneus. Donc résultat je pointe au départ avec 6 min de retard mais je ne voulais pas prendre le risque de partir en slick, trop dangereux sous la pluie. Bref, la première boucle se passe avec nos 6 min de retard, on part derrière des véhicules un peu moins puissant donc on se fait gêner par trois véhicules différents qu'il faut pouvoir doubler !

A la deuxième, il y a eu des erreurs de chronos et là on va dire que c'est un peu la fête car chacun allait voir le relation concurrent pour donner ses temps qu'il notait sans rien demander...

Sinon à la troisième, je casse mon support de boîte dans un droite. L'huile de boîte se dépose sur mes roues arrières ce qui m'envoie dans un talus et grâce à un photographe (GT4) qui se trouvait à ce même endroit nous avons pu être remis sur la route en une trentaine de secondes. Encore un grand merci à son courage car pousser une voiture seul dans un fossé plein de boue, il faut avoir la motivation de le faire.

Assistance avant la 4, rien à faire la boîte est bel et bien foutue, plus d'huile dedans et un trou de 2-4cm. Mon copilote croît à ce moment là que je vais abandonner mais il n'en était pas question ! Un concurrent qui jouait la deuxième place avec nous dans notre classe m'a prêté une sangle que j'ai pu attacher sur la boîte et à la barre anti-rapprochement pour ne pas qu'elle tombe : très sportif de leur part car s'il ne nous l'avait pas prêté nous aurions du abandonner sur casse complète dans la spéciale.
On repart sur la spéciale et là au deuxième passage je sens le deuxième support qui s'arrache. Plus moyen de rétrograder à certains moments ni de passer des vitesses car avec les accélérations ou les décellérations la boîte venait cogner contre la caisse et je voyait ma pédale d'embrayage partir et revenir. C'était chaud !

Bref, on a réussi à la finir tant bien que mal en reprenant encore 20 secondes sur la Saxo Kit Car et on a rallié le parc fermé où juste devant l'entrée, la boîte a littéralement explosé ! Il n'aurait pas fallut 20 mètres de plus...

 

 

 

- Tu as participé à l'organisation du Rallye de Morfontaine. Quelles sont les différences entre les Rallyes Belges et Français ? As-tu retenu de bonnes idées applicables en France ?

En ce qui concerne nos amis Belges, on peut dire qu'ils savent accueillir les étrangers. On a été reçu comme des rois, les petits pilotes ne font aucune différences avec les grands. Ils se côtoient tous. Vraiment une ambiance exceptionnelle que je n'ai vu nulle part encore. Donc mis à part le début ou il y'a eu beaucoup de problèmes, on va dire que c'est une expérience que je vais retenter prochainement dès que j'aurai racheté une boîte de vitesse.
Par contre côté organisation c'est un peu le bazar ! Le parc fermé n'est pas réellement fermé puisque tout le monde se ballade dedans, les voitures se garent n'importe comment et dans n'importe quel ordre. Mais bon ça n'enlève rien à toutes les autres bonnes choses que j'ai pu voir là-bas : des Ford Escort RS en propulsion (qui nous ont un peu gêné mais quel spectacle), une Turbo 2, des Manta, et même une Opel Record.

     

Pour ce qui est de la différence entre les Rallyes Belges et les Rallyes Français, il y en a beaucoup, mais que l'on ne peut malheureusement pas appliquer en France :

- 72 kilomètres de spéciales pour simplement 11 kilomètres de routier au total.
- le prix des engagements en Division 4, qui est la plus chère, est de 135 euros et 85 euros pour les pneus conventionnels.
- on peut prendre une licence à la journée pour piloter, ce que j'ai du faire, pour 45 euros.
- le copilote n'est pas obligé d'avoir le permis, il signe juste une fiche comme quoi il ne roulera aucunement le véhicule.

- Tu habites près de la frontière. Comptes-tu participer à nouveau à un Rallye en Belgique d'ici la fin de l'année ? Quelle est la suite de ta saison en Lorraine ?

Je vais racheter une boite mais il faut d'abord que j'économise un peu, puis je pense retourner en Belgique d'ici la fin de saison et pour ce qui est de la Lorraine je ferai sûrement le Nancy et le Meuse et puis peut-être d'autres qui ne sont pas encore prévus au programme.

PS : A savoir que mon collègue Fabien Poterlot qui est venu à Andenne aussi a malheureusement fait une épave à l'ES2 et nous, nous finissons deuxième en classe 4-12.

 

Merci beaucoup à Kevin pour nous avoir livré ses impressions et nous espérons le revoir bientôt une fois ses problèmes de boîte résolus.

 
Untitled Document
Copyright © Est Rallye, Tous droits réservés Admin