Untitled Document
Interview de Johan Thiriet - Juillet 2007
Après plusieurs années de caisse à savon, discipline dans laquelle il s’est illustré par 4 titres de Champion de France et 2 titres de vice Champion d’Europe, Johan Thiriet s’est lancé dans les Rallyes lors de la Ronde du Jura 2002. Après une saison de Clio Cup en 2006, Johan Thiriet va découvrir sa nouvelle monture sur la terre ce week-end à l’occasion du Terre de Langres.

- Johan, Quel bilan fais-tu de ta saison 2006 en Clio Cup ?

Le bilan de la saison 2006 de Clio Cup est plutôt positif on était parti pour apprendre lors de cette première année en attendant 2007 ! Sur le plan performance on espérait mieux mais étant donné que l’on n’avait pas droit à l’erreur (budget) on s’en est bien sorti avec une 7ème place au classement final sur 25 inscrits en début de saison.
     

On termine 2ème débutant après Franck Gravier (4ème) et dans les premiers à assumer intégralement le suivi de l’auto (préparation, assistance, logistique, etc) en conjuguant le travail à côté. C’est cette partie qui aura été le plus dur. On a plutôt subit la saison que de pouvoir la gérer sauf pour le Coeur de France où j’ai eu un peu de vacances, on a pu aborder l’épreuve bien préparé et reposé. On était bien placé d’entrée de jeu mais une crevaison nous a fait perdre beaucoup de temps. On gardera les bons temps du dimanche matin : 4ème et 5ème temps sous la pluie juste derrière Barral, Marché et Carminati.
Je conseille à ceux qui veulent tenter l’aventure « formule de promotion » de faire partie d’un team pour avoir la chance de bien figurer car devant ça va vraiment vite. Tout dépend des objectifs que l’on s’est fixé, mais rien que pour les Rallyes du Championnat de France ça vaut le coup, c’est une bonne école avec des bagarres à tous les niveaux.


- Tu viens de faire l’acquisition d’une Mitsubishi, qu’est-ce qui a motivé ton choix ?

Le choix a été facile. Après l’annonce de Renault de stopper la Clio Cup fin 2006, on a étudié ce qu’on pouvait faire. Notre souhait était de vendre l’auto au plus vite pour partir sur une autre formule de promotion et ainsi profiter de l’expérience acquise. Mais vendre la Cup n’a évidemment pas été facile : on a trouvé preneur beaucoup trop tard pour pouvoir s’engager en promotion. On a d’abord envisagé de transformer la Cup en groupe N, puis on a sorti la calculatrice mais rien que pour la modifier en une "petite" N-3, il fallait compter près de 20000 euros. Ajouté à la valeur de l’auto cela faisait 35000 euros « juste » pour une Clio... De plus, avec la Cup, j’ai perdu confiance. C’est la première auto de course que j’ai conduis qui décroche d’abord de l’avant et moi je ne suis à l’aise qu’à l’inverse. Avec une 4 roues type propulsion il n’y a plus de problème de ce côté-là. Après avoir trouvé acquéreur de la Cup, et après avoir vu mon banquier on a été chercher la Mitsu en Italie !


- Quelles sont tes premières impressions après avoir ouvert à l’Ajolais même si ce n’était pas vraiment en course ?

Avant tout on tient à remercier l’ASAC Vosgien et François Nasazzi de nous avoir choisi. On a passé une très bonne journée (d’ailleurs si des organisateurs cherchent des ouvreurs...). L’auto est très impressionnante : au niveau de l’accélération, on est collé au siège à chaque changement de vitesse. Le comportement est sain, on sent bien que les 4 roues poussent. Elle est vraiment facile à conduire dans le rapide. En revanche c’est moins évident dans les épingles serrées notamment sur le sec. Sur la pluie c’est fantastique, ça décroche facilement en accélérant et au pied gauche on peut la placer facilement. En contre partie, le freinage est difficile : la pédale de frein est très dure à cause du bang qui supprime l’assistance au freinage et du coup on n’a pas de sensation sur la pédale, impossible de savoir comment tu freines, il faut appuyer comme une « bourrique » pour pas grand-chose. On doit pouvoir améliorer ça.
J’aurais aimé pouvoir rouler plus vite notamment dans le rapide, mais en ouvreur on n’est pas là pour ça. Cependant, pour une première approche on est ravi, on a rien à regretter de cet investissement. Vivement le prochain Rallye !

     

- Quel est ton programme pour cette saison ?

De sûr le « Terre de Langres » fin juillet, après j’aimerais bien le Terre des Causses, ou le mythique Cardabelles. Sur asphalte, le Vosgien (à moins que l’auto ne soit louée), mais c’est avant tout le budget qui décidera... Ce n’est pas non plus une Clio à faire rouler, particulièrement au niveau de l’essence ! On le savait avant d’acheter l’auto... Le but pour nous est de louer l’auto pour pouvoir rouler avec (à moins de trouver un gros partenaire !).

Tant pis si on fait moins de Rallyes si le plaisir est plus grand !

     

- Pourquoi as-tu choisi la terre plutôt que l’asphalte ?

D’abord pour les sensations de glisse, c’est ce que je préfère. Je m’en suis vraiment rendu compte cette année à Auxerre : je me suis fait plus plaisir en une spéciale que sur toute la saison dernière. Mais je pense que ce sera plutôt les deux surfaces, l’asphalte pour la vitesse et la terre pour la glisse.

- Quels sont tes objectifs ?

L’objectif 2007 est déjà atteint, étant donné que c’était de pouvoir rouler en Mitsubishi. Le but de cette année est aussi de pouvoir faire rouler ceux qui m’aide : Thomas a pu faire Auxerre, Sophie va faire Langres et si on fait le Vosgien, je sais à qui demander. L’idée globale est de se faire plaisir et d’apprendre à connaître l’auto. Si ça va, on espère réaliser quelques bons chronos. J’aimerais aussi trouver un « navigo » pour 2008 avec lequel on puisse établir un vrai programme.

- As-tu un message particulier à faire passer ?

Merci à tous ceux qui m’aident, ils se reconnaîtront et à ceux qui œuvrent pour les Rallyes. J'ai une pensée particulière aux personnes malheureusement victimes de cette passion et à leurs proches.

     
Untitled Document
Copyright © Est Rallye, Tous droits réservés Admin