Untitled Document
 
Questions ... Réponses ... à Tony Grosdemouge
       
Tony Grosdemouge possède une des plus belles cartes de visites des Rallyes en plus de 35 ans de carrière : 25 victoires scratchs avec Daniel Forès, Fabrice Couturier, Jacky Dalloz, Thierry Ligibel mais aussi des apparitions aux côtés de Jean-François Bérenguer, Christophe Vaison, Olivier Courtois et même Jean Ragnotti !

Il s'occupe aussi de l'Association Copilotes Racing Services.

Plus de détail sur son site internet :
http://monsite.wanadoo.fr/CopynoT/

Retour sur la saison 2003 avec Daniel Forès et la Peugeot 306 Maxi.
       

Est Rallye : Que retiens-tu de ta saison 2003 ?

Tony Grosdemouge : Aïe !.. Question piège à laquelle je vais tenter de répondre en pesant mes mots pour ne pas froisser à nouveau LA seule personne qui n’a pas compris le juste sens de mes propos lors d’une précédente interview. Et toc ! En 2003, on peut dire que nous avons participé à deux saisons en une. De Mars à Août, une première mi-figue mi-raisin avec quelques coups gagnants certes, mais surtout beaucoup trop de coups foireux !.. L’ai-je bien dit cette fois Mr. D…. ? Et une seconde qui a débuté fin septembre par la victoire au rallye de Meuse. Excepté le faux pas de la finale, ce fut le point de départ d’une série de cinq succès consécutifs. Pour les amateurs de statistiques, je peux même ajouter que nous avons réalisé 29 meilleurs temps sur les 37 ES de ces cinq rallyes. Cerise sur le gâteau, avec sept victoires on figurerait ex-æquo sur la 3ème marche du podium virtuel des « scratcheurs », tous championnats nationaux confondus (* Source Rallyes Mag). Ce ne sont peut être que des chiffres, mais quelque part ça va le faire sur le Press-book 2003, non ?

* Statistiques réalisées en collaboration avec Frédéric DART , secrétaire de rédaction de RALLYES MAGAZINE, d’après le bilan de la saison 2003. Merci RALLYES MAG . Et vlan une p’tite pub au passage !…

Malgré l’abandon, y a t-il des points positifs à retenir de la finale ?
Ah cette finale !.. Limoges… Limoges tout le monde descend… même le pare-brise et le capot avant !..
Non je blague. Quoique, bizarrement, c’est peut-être Daniel et moi qui avons le mieux accusé le coup. Toutes les expériences sont enrichissantes à vivre. Dans ce cas précis de Limoges, sur la dizaine de personnes que nous étions dans notre équipe, pas une seule, je dis bien pas une n’a fait une quelconque remarque désobligeante à notre mécano qui avait beaucoup plus besoin de réconfort que de reproche. Pilote, copilote, assistance, nous sommes tous à la mercie de faire une bourde. Petite anecdote : voulant jouer un coup de poker pour les deux dernières ES au Nancy, demandez donc à Daniel ce que nous a fait « Le gros de la troupe » ?… (C’est le nom de baptême de notre équipe d’assistance). Certes la boulette n’a pas eu d’incidence sur le résultat . On en parle encore souvent, mais on en rigole beaucoup plus qu’on ne leur en tient rigueur. Pour 2004 , je vais d’ailleurs leur rédiger « le manuel du parfait assistant » à la sauce Tony !… Les idées ne me manquent pas . Il va y-avoir du sport !..

 
 
Lors de la soirée vidéo à Belfort, Daniel a dit que la 306 allait changer de look. Peut-on avoir le privilège de connaître la couleur de la nouvelle livrée de la 306 version 2004 ?
Pour ceux qui suivent les exploits de Daniel, depuis pratiquement ses débuts en rallyes je précise, il y a une couleur qui a très souvent permis aux spectateurs de repérer l’auto de Forès. Clio Williams, ZX Trophée et Saxo Kit Car étaient les seules à arborer, non pas l'orange des véhicules de la DDE, ni le rouge « pin pon », mais un savant mélange des deux qui donne un rouge corail du plus bel effet. Eh ben, sans vouloir trahir un secret, qui n’en est pas un d’ailleurs, j’vous dit qu’il ne faut pas chercher bien loin pour trouver la solution. Le nom de code de la peinture de guerre 2004 sera donc : Rouge Corail EJN !
     

En deux mots, toutes saisons confondues, quel est ton meilleur … et ton moins bon souvenir ?
Mon meilleur souvenir ?.. Je dirais que ma carrière ne s’arrête pas à un seul bon souvenir, mais à des tonnes que je vais vous livrer en vrac. C’est sûr, il y a les 25 scratchs, avec un petit faible pour le seul en national « Vins de Champagne 2001 » ; toutes les finales sans exception ; les ouvertures de rallyes avec Ragnotti et Andruet. Difficile de dissimuler la chance que j’ai eu d’assister une pléiade de pilotes tous aussi doués et sympas les uns que les autres et avec qui j’entretiens toujours de bons rapports. En résumé un immense grand bonheur de pouvoir vivre depuis 35 ans et toujours aussi intensément ma passion. Et ce n’est pas fini !…
Pour le moins bon c’est du pareil au même. Tout ne peut pas être toujours rose. Je pense avoir une assez bonne capacité pour digérer la défaite. Du fait de ma petite taille (j’en vois déjà plusieurs qui sourient … mais faites gaffe j’aurai les noms !..) il ne me faut pas longtemps pour me relever et rebondir aussi vite sur l’échéance suivante. On peut donc dire que je suis blindée et toujours prêt à relever les défis.

Comment résumerais-tu le rôle du copilote ?
Dans un équipage, pour décharger le pilote de toute la paperasserie, le copilote doit être l’administratif de service. Personnellement je gère chronologiquement: demande de règlement de l’épreuve, l’engagement, réservation de l’hôtel, plan d’assistance, consommation d’essence, horaire de rendez-vous pour les vérifs administratives. Le reste coule de source en harmonie avec le pilote pour la prise de notes et la préparation de l’auto pour les contrôles techniques. Pour la course en elle même je suppose que tous les équipages fonctionnent selon leur propre façon d’aborder la course. Il n’y a donc pas de quoi se faire un monde de tout cela. Pourtant avec l’âge il y a des fois ?…. J’ai quand même une chance incroyable de faire équipe avec Daniel qui compense ce que j’aurais tendance à ne pas déceler rapidement. Nous nous complétons bien je crois. C’est peut être cette complicité qui fait la force d’un équipage comme le nôtre. Le rallye terminé, il me reste encore une tâche dont je m’acquitte bien volontiers en devenant le chargé de presse. Généralement dans la
foulée sponsors, partenaires épisodiques et supporters reçoivent le compte-rendu de l’épreuve dans une petite gazette (très attendue je crois) que j’ai nommée CONTACT. Ca plait parce que je ne me prends pas trop au sérieux pour relater notre course, mais c’est surtout fait pour remercier ceux qui nous font confiance et qui ne peuvent se déplacer sur l’épreuve. Quelque part ils vivent notre course mais par écrit.

 
Quelle est pour toi la principale qualité que doit avoir un bon copilote ? (bien qu’un copilote ne soit jamais mauvais !)
Là également, c’est impossible qu’il n’y en ait qu’une seule. C’est un tout. Je dirais donc : Organisation, Ponctualité (pendant et en dehors de la course), Concentration, Force de caractère (pouvoir tout accepter).
Je terminerais par une petite touche personnelle dont je ne pourrais me passer et que je consomme sans modération : l’humour avec un grand H !!! Ca détend l’atmosphère dans l’équipe. Quand à La dernière petite phrase de la question je la juge totalement fausse. Personne n’est infaillible. Nous sommes tous à la merci d’un passage à vide. Ne l’oublions jamais : l’erreur nous guette en permanence !… Alors vigilance vigilance !….

 

Merci à Tony Grosdemouge pour sa passion, son humour, ses connaisances, ...

Un grand Monsieur on vous le dit !

 
Untitled Document
Copyright © Est Rallye, Tous droits réservés Admin